Ce plan de cours a pour but d’initier les étudiants des niveaux secondaire et post-secondaire à l’artiste de la nouvelle vague autochtone, Elisapie Isaac, une chanteuse et compositrice canadienne qui écrit en anglais, en français et en inuktitut.

Pour télécharger une version imprimable de ce plan de leçon, cliquez sur le bouton ci-dessous:



1. PLAN DE COURS: ELISAPIE ISSAC

Elisapie.png

Elisapie Isaac (aussi connue tout simplement sous le nom de Elisapie) est une chanteuse pop canadienne, animatrice, documentariste et activiste. Née à Salluit (Québec) d’une mère inuk et d’un père de Terre-Neuve, elle a joué avec le groupe de musique de Salluit, Sugluk, à l’âge de 12 ans. Isaac a collaboré avec l’instrumentaliste Alain Auger pour le projet musical Taima («c’est tout» ou «c’est fini» en inuktitut) au début des années 2000. Le seul album du groupe, Taima, a gagné le Juno pour l’album autochtone de l’année en 2005. En 2010, Isaac a lancé son premier album, There Will Be Stars, avec Pheromone Recordings. Son deuxième album, Travelling Love, a été lancé en octobre 2012. Elle s’est méritée une nomination à la deuxième édition des Canadian Screen Awards pour le Prix de la meilleure chanson originale, pour sa chanson «Far Away», qui a paru dans le film The Legend of Sarila. Lors de la Journée nationale des Autochtones en 2017, Elisapie a rendu hommage à son héritage en lançant une nouvelle version puissante du classique folk inuit, «Forefathers».

Elisapie s’est jointe à New Constellations pour la portion «ouest» de la tournée, l’amenant à se produire à Saskatoon, Calgary, Edmonton, Prince Albert et Winnipeg. En plus d’avoir chanté plusieurs de ses chansons lors du dernier concert de la tournée à guichet fermé à la Opera House de Toronto, elle a rassemblé tous les artistes sur scène lors de la finale pour chanter «Wolves Don’t Live by the Rules» de Willie Thrasher.


2. OEUVRE SÉLECTIONNÉE

Écoute la musique de Elisapie et regarde ses vidéos sur son site, https://www.elisapie.com.

À chaque concert, Elisapie a chanté «Darkness Bring the Light», une chanson qui apparaîtra sur son prochain album qui, selon elle, ne devrait pas être lancé avant la fin de 2018. Avant de la chanter, elle expliquait au public qu’elle l’avait écrite à la suite d’un épisode difficile dans sa vie et que la chanson représentait son retour d’un endroit sombre, une place qu’elle croit que tout le monde doit visiter un jour ou l’autre durant son existence. Lis les paroles ci-dessous.

Ce document a d’abord été rédigé en anglais. La copie originale est fournie afin de comprendre le contexte dans lequel l’oeuvre a été présentée durant la tournée New Constellations. La version française ci-jointe, bien qu’elle ne tente pas de reproduire ni le rythme ni la sonorité de l’original, en traduit l’essence, ligne par ligne.

 

La noirceur apporte la lumière:


 

Alors que tu t’engourdis, alors que tu t’engourdis

Force-moi à oublier mon nom, force moi à oublier mon esprit

En ton nom et en ton nom et en ton nom je serai sauvée

En ton nom et en ton nom et en ton nom je serai libérée

 

La noirceur apporte la lumière

La noirceur apporte la lumière

 

Des merveilles de la nature de l’état sauvage de la poussière des étendues d’eau et de la lumière

Des merveilles des retraites et des vastes espaces seulement vécus par les courageux

Les courageux

Où va aller mon coeur maintenant?

Où va aller mon coeur maintenant?

 

La noirceur apporte la lumière

La noirceur apporte la lumière

 

La naissance d’un enfant est le renouveau de l’âme de quelqu’un, c’est une connexion, connexion

Il ne faut pas avoir peur de la mort de mon père

Il vit en toi mon enfant et redevient mon guide

 

Les paroles ont été utilisées avec la permission de Elisapie Isaac


3. ENTREVUE AVEC L’ARTISTE

Pourquoi avoir écrit «Darkness Bring the Light»?

Après avoir fini d’écrire le prochain album, je sentais qu’il manquait quelque chose. Quelque chose en lien avec le parcours spirituel que j’ai vécu lors de la création de l’album. Alors j’ai décidé d’explorer notre vision inuit du cycle de la vie.

 

Quels conseils donnerais-tu aux étudiants qui désirent écrire à propos de sujets difficiles?

Avant d’écrire, tu dois faire face à tes peurs et reconnaître leur existence. Cela te permettra d’écrire beaucoup plus librement. Et tu dois être aussi très patient. Tu dois trouver cette intimité à l’intérieur toi, cet endroit sécuritaire et cette liberté pour exprimer comment tu te sens. Si tu n’as pas peur, c’est que tu ne te tiens pas assez proche du gouffre. Tu dois être au bord du précipice si tu veux parler en profondeur des choses.

 

Tu chantes en anglais, en français et en inuktitut. Comment le fait de travailler dans différentes langues influence ton travail?

Chaque sujet, chaque émotion a une langue. Je ne planifie jamais à l’avance, ce sont les sentiments qui me guident vers une langue. J’essaie de suivre mes instincts et non les règles.

 

Trouves-tu qu’il y a des mots ou des idées qui peuvent difficilement être traduits d’une langue à une autre?

C’est souvent très difficile. Mais j’adore chaque monde créé par une langue. Je me sens choyée de pouvoir voyager dans chacun d’entre eux. J’adore m’adapter à chaque univers parce que j’ai l’impression de moi-même me transformer.

 

Qu’espères-tu que ton auditoire retienne en écoutant ton travail?

De les rapprocher d’eux-mêmes en les ouvrant à mon monde. J’espère pouvoir les recentrer sur leur nature humaine, leur permettant ainsi de reconnecter avec qui ils sont.

 

Qu’est-ce que «résurgence» veut dire pour toi?

Je pense que c’est différent pour tout le monde. Je pense que chaque humain, à un moment donné dans sa vie, vivra un épisode de résurgence. Si on veut grandir, il faut tomber. Tout le monde doit apprendre à tomber, c’est un signe de courage.


4. EXERCICES D’ÉCRITURE

Elisapie décrit comment elle a choisi «d’explorer notre vision inuit du cycle de la vie» pour la chanson «Darkness Bring the Light». Le savoir traditionnel et les récits des Autochtones, des Métisses, des Premières Nations et des Inuits ont survécu malgré l’influence des pensionnats et des autres efforts colonisateurs qui avaient pour but de détruire ces cultures. Quelle est ta vision du cycle de la vie? D’où vient-elle? Pense à un être cher que tu as perdu ou à un autre moment difficile et rappelle-toi des pensées et des images qui t’ont aidé à te remettre sur pieds. Si la mort et la perte sont des conditions inévitables de la vie, comment peut-on donner un sens à notre douleur et aller de l’avant tout en gardant espoir? Écris un poème ou une chanson qui parle de «noirceur» et tente d’inclure des images, des sons ou des idées qui t’ont déjà aidé à demeurer optimiste quant au futur.

Elisapie écrit et chante dans trois langues différentes. Parles-tu plus d’une langue? Si oui, comment décrirais-tu ton expérience lorsque tu dois passer d’une langue à une autre en racontant certaines histoires? Est-ce que certaines idées ou émotions sont difficiles à traduire? Écris un poème sur comment tu te sens à l’idée de vivre dans ces différents mondes simultanément.

Si tu ne parles qu’une langue, pense à une autre langue qui a une valeur spéciale à tes yeux – une langue qui était autrefois parlée par ta famille ou une parlée par un ami ou par d’autres gens de ta communauté. Va sur le web et regarde des chansons écrites dans cette langue. Maintenant, regarde une carte de la région dans laquelle tu habites et écris tous les noms des endroits où les habitants parlent une langue différente de la tienne. Choisis un lieu – une rue, un lac, celui qui t’inspire le plus – et écris un poème à son sujet, en pensant à la relation entre l’endroit et la langue parlée.


5. CVR: IMAGINE UN CANADA

Le Centre national pour la vérité et réconciliation (CVR ) fait appel aux jeunes pour que chacun d’eux Imagine un Canada dans une optique de Réconciliation! Quelle est ta vision de la Réconciliation? À quoi ressemble-t-elle?

Imagine un Canada est une invitation aux jeunes, de partout à travers le pays, à partager leur vision de ce que pourrait être la Réconciliation. Cela peut être un poème, une chanson, une peinture, une sculpture, un rap, un dessin, un essai, tout est permis! Cette invitation est lancée chaque année pour s’assurer que les jeunes continuent de prendre part à la vision de la Réconciliation au Canada. Imagine un Canada est parfait pour les étudiants, de la garderie aux études post-secondaires, pour explorer le passé et notre périple commun vers l’avenir. Nous voulons être collectivement tournés vers le futur de la Réconciliation et la jeunesse mérite de se faire entendre dans le cadre de cette discussion visionnaire. Imagine un Canada est une bonne manière pour les jeunes de, non seulement se sentir comme des citoyens concernés, mais aussi comme des citoyens porteurs de changement. Il faut les encourager à représenter le changement qu’ils désirent voir dans le monde.

Lorsqu’on étudie le travail d’artistes autochtones contemporains, il est important de considérer la relation trouble entre le Canada et les Premières Nations et la vérité relative à l’histoire des pensionnats, une approche que le CVR supporte dans le cadre de l’enseignement scolaire. À mesure que les étudiants en apprennent plus sur notre histoire, il est important de mettre à leur disposition des façons de contribuer au changement. Apprendre la vérité sur l’histoire des pensionnats peut être, sans contredit, extrêmement troublant. Nous voulons donc continuer à l’enseigner tout en proposant des occasions pour créer un futur meilleur. Imagine un Canada est une de ces occasions.

Les amis et partenaires du CVR de partout à travers le pays aideront à évaluer les soumissions de chaque région et un participant par province et territoire sera choisi chaque année pour assister à la célébration nationale de Imagine un Canada!

 

Education.nctr.ca